Genèse d’un nouveau roman – partie 2 – Le baron Dubaret

portrait de Louis-Nicolas du Baret

Le baron Dubaret

Elle a raison, le mémoire vaut le déplacement.

Le sommaire ressemble au script d’un feuilleton mouvementé. Je me lance avec délectation dans la lecture des griefs de madame envers monsieur, épisodes tragi-comiques car l’auteur du mémoire, Alphonse Paillet, les expose avec beaucoup d’ironie avant de les démonter un par un (c’est le but de l’ouvrage, dont le contenu sera intégralement repris au procès qui va suivre). Je n’en retranscris ici que quelques-uns :

  • Injures à l’occasion de la seconde grossesse
  • Injures à l’occasion de la mort du premier fils
  • Violences, fricassée de lapin
  • Emportements, verre d’eau froide, fausse couche
  • Guerre quotidienne contre les portes et les meubles
  • Violences, bonnet déchiré, coup de pied merveilleux
  • Froideur et dédain, jambe cassée

 J’emporte le précieux document avec la permission de la conservatrice pour bien comprendre les faits et pouvoir lire à mon aise ce morceau de bravoure à la mode de l’époque, emphatique et imagé, presque du Balzac !

Aurore Boulée a quitté son mari notaire, Charles Paillet, pour un autre homme, un matin de janvier 1826. Cet homme, c’est Louis-Nicolas du Baret de Limé, renommé Dubaret depuis la Révolution. Il a 58 ans, il est âgé mais encore beau, charismatique, riche et séducteur. Venu à Soissons pour affaires, il remarque deux choses chez son notaire : il a une femme charmante et semble très attiré par les honneurs et les décorations. Se targuant d’une influence (imaginaire) auprès du roi Charles X, Dubaret fait miroiter à mon ancêtre une croix de la légion d’honneur afin de se faire admettre chez lui et devenir un familier de la maison.

Le divorce, aboli en 1816, n’a laissé aux déserteuses conjugales qu’une seule possibilité pour obtenir une séparation de corps : prouver devant un tribunal que leurs maris les brutalisent ou qu’ils entretiennent une maîtresse sous le toit conjugal. Aurore tente sa chance et accuse son époux des deux faits mais Charles, épaulé par son frère Alphonse, se défend avec la dernière énergie. Non qu’il veuille récupérer cette épouse infidèle et parjure, mais il tient en revanche à briser Dubaret, l’amant, cet homme qui s’est joué de lui et de ses ambitions pour mieux séduire sa femme.

Ce mémoire m’apprend beaucoup de choses sur la vie d’une maison bourgeoise dans la première moitié du 19e siècle. Chaque détail y est consigné, chaque fait est raconté avec un contexte largement décrit. Aurore et Charles, avant leur mésentente, ont eu la douleur de perdre deux fils d’une maladie oubliée aujourd’hui, le croup, une forme de diphtérie souvent fatale aux enfants.

L’acharnement de Charles Paillet à vouloir traîner son rival devant les tribunaux porte finalement ses fruits : à l’issue d’une scène rocambolesque largement relayée par les journaux de l’époque et dont je ne vous dirai rien ici, un procès pour adultère s’ouvre en 1830.

Lire la suite

(portrait de Louis-Nicolas Dubaret, archives familiales de la famille du Baret de Limé)